Rechercher

Pourquoi raconter vos histoires 📖 en vidĂ©o ? (1/2)

Pour démarrer ce blog, je commence par la question la plus importante, ou plutÎt les deux questions les plus importantes.


â†Ș Pourquoi raconter les histoires de votre structure 📕?

â†Ș Pourquoi les raconter en vidĂ©o đŸ“č ?






Racontez vos histoires 📕


Pour ce premier volet, commençons par comprendre pourquoi il est important de raconter des histoires quand vous communiquez sur votre mission ?


"Les gens oublieront ce que vous avez dit, ils oublieront ce que vous avez fait, mais n'oublieront jamais ce que vous leur avez fait ressentir." Carl W. Buehner

Souvent, la communication des ONG ou associations se concentre sur des rĂ©sultats et des chiffres. Un problĂšme est exposĂ©, la structure montre les moyens utilisĂ©s pour y remĂ©dier. L'objectif est d'augmenter la visibilitĂ© de l'association 👓 ou de lever des fonds. 💰



Prenons comme exemple Imagine, une sĂ©rie vidĂ©o de l'UNICEF. L'agence de l'ONU y prĂ©sente ses activitĂ©s dans diffĂ©rents pays. Dans cette vidĂ©o, une employĂ©e explique les problĂ©matiques sĂ©curitaires au Burkina Faso đŸ‡§đŸ‡« qui forcent des dĂ©placements de population.

En 2 minutes 30, le public saisit le problÚme, est conscient de l'enjeu. Les images montrent des dizaines d'enfants dans une situation difficile, rendue encore plus compliquée par la pandémie actuelle.


Mais, 10 minutes aprÚs avoir vu la vidéo, qu'est-ce-que le téléspectateur retient ? Probablement trÚs peu d'informations.

En effet, la vidĂ©o ne produit aucun effet de transportation, elle ne raconte pas une histoire. Ceci n'est pas une critique, aprĂšs tout ça n'est peut-ĂȘtre pas le but de cette vidĂ©o, qui prĂ©fĂšre donner un aperçu global et objectif de la situation.


Mais si l'objectif est de toucher le spectateur, il faut raconter une histoire.

Le principe essentiel d'une histoire est qu'elle permet de créer une connexion émotionnelle avec son public. En utilisant l'émotion, on passe d'une attitude de réflexion ("Je comprends qu'il y a un problÚme") à une attitude de sensation. Le public ressent une émotion, de la tristesse, de la colÚre.

Et cette Ă©motion lui donne envie d'agir.



Une histoire plutĂŽt que des statistiques


"Si je regardais les foules, je ne commencerais jamais" MĂšre TĂ©resa

Small et Lowenstein, des chercheurs amĂ©ricains, ont menĂ© une Ă©tude fascinante en 2003. Ils ont utilisĂ© le prĂ©texte d'un questionnaire pour donner 5 dollars Ă  des Ă©tudiants sur un campus universitaire amĂ©ricain. 🎓

AprÚs avoir obtenu les 5 dollars, il était demandé aux étudiants de lire une lettre de l'ONG Save the Children.


â†Ș Une moitiĂ© lisait une lettre sur le problĂšme de malnutrition en Afrique, avec des statistiques pour expliquer la complexitĂ© du problĂšme.

â†Ș L'autre moitiĂ© dĂ©couvrait la photo d'une petite fille ainsi que son histoire.


Le document leur demandait ensuite de donner entre 0 et 5 dollars de leur argent.

Que pensez-vous qu'il s'est passé au moment de faire ce don ?


Les étudiants qui ont lu la lettre remplie de statistiques ont donné en moyenne 1,17 dollars à l'ONG. Pas si mal vous dites ?


Ceux qui ont lu l'histoire ont donné.... 2,83 dollars, plus du double.

Pourtant, ce groupe d'étudiants avait moins d'informations sur la gravité du problÚme.



Les chercheurs ont par la suite reproduit une variante de l'expérience, en rajoutant des statistiques avec la lettre de l'histoire de la jeune fille.

Le fait de rajouter des statistiques faisait alors baisser le don moyen des Ă©tudiants. Ils Ă©taient plus enclins Ă  donner de l'argent si ils n'avaient que l'histoire.


Une des conclusions de l'étude est que l'émotion joue un plus grand rÎle que la réflexion dans le choix de faire un don à une oeuvre de charité.

Si on réfléchit au problÚme plus global, qui semble souvent insurmontable, la somme contribuée sera moins importante.



Vous avez des histoires Ă  raconter


Les associations et les ONG ont un avantage Ă©norme : elles ont toutes des histoires incroyables Ă  raconter.


Des histoires de bĂ©nĂ©ficiaires, de salariĂ©s, de bĂ©nĂ©voles... Des dizaines de rĂ©cits de vie qui ont besoin d'ĂȘtre racontĂ©s et qui vous permettront d'accroĂźtre la visibilitĂ© de votre structure.


Voici l'exemple d'un film réalisé pour inciter le public à adopter un animal. Il raconte l'histoire d'Eric dont la vie a été transformée quand il a adopté Peety. La vidéo aurait pu parler des statistiques déprimantes d'abandon de chiens, mais l'association a choisi de raconter une histoire, pour un résultat beaucoup plus efficace.




Dans la deuxiÚme partie de cet article, nous parlerons de pourquoi la vidéo est un outil trÚs puissant pour raconter.


N'hésitez plus, racontez vos histoires !


Et lisez la suite de cet article ici ➡ Pourquoi la vidĂ©o ?


Source de l'Ă©tude : Sympathy and callousness: The impact of deliberative thought on donations to identifiable and statistical victims, D. Small, G. Loewestein, P. Slovic

Posts récents

Voir tout